Entre deux leçons, quelques lignes pour s'évader et des biscuits sortis d'une boite à sardines...

Publié le par Léa

Pfffffff, j’en ai assez !

Non pas que je révise en permanence – j’ai une forte prédisposition à la rêverie ! – mais les jolis livres de préparation au concours me suivent un peu partout.

Sait-on jamais, je ne suis pas à l’abri d’une envie subite de décortiquer la grammaire française dans le métro !

Mais... il faut penser à autre chose de temps en temps… se perdre dans quelques pensées sans se sentir coupable, plonger dans quelques pages et surtout oublier que dans quelques jours, le travail de plusieurs mois sera jugé…

Pour cela, une seule solution, quelques biscuits, délicieux et réconfortants, et surtout ne faisant pas trop de miettes, pas le temps de passer l’aspiro ! C’est Mademoiselle Chéchée qui m’a donné envie de me mettre aux fourneaux pour ces petites doses de bonne humeur (toujours de très très très bonnes idées dans cette boite là ! Je dois avoir essayer la quasi-intégralité de leurs recettes pour vous dire ! Et en plus j’ai tout aimé !) Et comme je suis assez bonne copieuse, je n’ai quasi-rien changé, j’ai seulement ajusté sa recette au contenu de mes placards !

 

 

Quelques biscuits pour rêver réviser l’esprit tranquille… (10 marguerites chez moi)

- 60 g de farine de châtaigne

- 70 g de farine de blé complet

- 70 g de flocons d’avoine

- 50 g de sucre rapadura

- 1 cuillère à café de levure

- 2 cuillères à soupe de poudre de caroube

- 1 cuillère à soupe de purée de noisette

- 1 œuf

- du lait de soja (quantités à adapter selon la texture de votre pâte, environ 200mL chez moi)

- une belle poignée de noisettes concassées

- des pépites de chocolat (1 rangée de noir et 1 rangée de lait pour moi !)

 

Il suffit de mélanger (à la fourchette nous dit Mademoiselle Chéchée, et ça fonctionne très bien !) les ingrédients dans l’ordre en remuant bien entre chacun. Puis incorporer le lait petit à petit selon la texture de votre mélange, il faut obtenir une pâte pas trop liquide qui ressemble à celle d’un gâteau.

Verser la préparation dans un moule à gâteau (beurré si vous n’utilisez pas de silicone) ou dans des petites empreintes en marguerite (pas de panique, cela fonctionne aussi avec d’autres formes !), en fine couche.

Enfourner pour 20 minutes, laisser refroidir au bord de la fenêtre puis déguster

... en se plongeant dans quelques lignes d’un bon livre… par exemple L’ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon… juste commencé et déjà ensorcelant, assez passionnant pour me consoler du délicieux Journal d’adolescence de Virginia Woolf savouré mais terminé…

Publié dans Sucré

Commenter cet article

Mathilde 25/04/2009 20:59

Oui j'ai très faim quand je vois ça...Faudrait pas trop me montrer ta cuisine tu vois.....tu pourrais avoir des surprises....lol...Nan je sais me tenir quand même...mais la tentation est grande...sourire
Bon courage pour les révisions, tu touches au but...
@+

Flo Makanai 25/04/2009 14:47

Bon courage pour rêver, euh, réviser ;-)
Très jolies bouchées, ou presque, et ça m'intrigue, la poudre de caroube... C'est bon "comment"?!

Lilie 24/04/2009 21:32

Avec des biscuits comme ceux-ci, tu vas carburer aux oraux, j'en suis sûre ;-) Courage pour cette dernière ligne droite, je sais combien c'est difficile !

les chéchés 24/04/2009 14:06

mais ils sont devenus tout moelleux! ils ont l'air tout aussi réconfortants... surtout pour les dernières lignes droites (mais quel concours, d'ailleurs?)
c'est joli chez toi, très joli!

Léa 24/04/2009 17:10


Oui tout moelleux ! (je pense que c'est là cuillère à café de levure, c'est fou ce qu'un petit truc peut changer !)... toujours délicieux et réconfortants aussi. Le concours c'est celui de
professeur des écoles (quelle originalité ! j'ai l'impression que la terre entière passe ce concours... !)... merci beaucoup pour le compliment, que je te retourne sinçèrement, on se sent toujours
bien chez toi, un petit détour de bon matin et je suis parée pour la journée...